Egemoni e modernità. Il pensiero di Gramsci in Italia e nella cultura internazionale

Anuncis
Imatge | Posted on by | Deixa un comentari

Ara ho sé.

Quan era un xaval, alt com tres pomes,

parlava molt fort per ser com un home

Deia : Jo sé, jo sé, jo sé jo sé

Era l’inici, era la primavera

Però quan vaig tenir els meus 18 anys

Continuava dient: Jo sé,  ja està, aquesta vegada ja ho sé,

I avui, el dies que miro enrere,

Miro la terra on he fet, malgrat tot , fet els 100 pasos

I jo no se encara com ella gira!

Vers 25 anys, jo ho sabia tot: l’amor, les roses, la vida, els diners.

Té, si, l’amor! Jo li havia donat tota la volta!

I feliçment com el compis, no m’havia menjat tot el meu pà:

A la meitat de la meva vida, jo après encara.

Allò que he après es pot dir en tres o quatre paraules:

“El dia en que algú us estima, fa bo,

encara ho puc dir millor: fa molt bo!

Allò que encara em sorprèn en la vida,

Ara que estic a la tardor de la meva

Om  oblida els dies de tristesa

Però mai un capvespre de tendresa.

Tota la meva joventut volia dir JO SÉ.

Únicament que com més investigava, menys sabia.

60 cops han sonat al rellotge

Encara m’estic a la meva finestra, miro i en pregunto?

Ara ja sé, ja sé que no se sap mai!

La vida, l’amor, el diner, els amics i les roses.

No se sap mai el soroll ni el color de les coses.

És tot el que sé! Però això, ho sé.

http://www.youtube.com/watch?v=vfnlgXNySIk

Publicat dins de Le temps des cerises en toute saison, Les meves traduccions | Deixa un comentari

Maintenant je sais !

Jean Gabin !

(1904-1976)

Jean Gabin, un dels grans de la pantalla francesa canta/ recita aquest poema digne de Ronsard, o per a parlar d’ algú més proper a la meva època, de Georges Brassens.

Jean Gabin

Maintenant je sais !

Quand j’étais gosse, haut comme trois pommes,

J’parlais bien fort pour être un homme

J’disais, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS, JE SAIS

C’était l’début, c’était l’printemps

Mais quand j’ai eu mes 18 ans

J’ai dit, JE SAIS, ça y est, cette fois JE SAIS

Et aujourd’hui, les jours où je m’retourne

J’regarde la terre où j’ai quand même fait les 100 pas

Et je n’sais toujours pas comment elle tourne !

Vers 25 ans, j’savais tout : l’amour, les roses, la vie, les sous

Tiens oui l’amour ! J’en avais fait tout le tour !

Et heureusement, comme les copains, j’avais pas mangé tout mon pain :

Au milieu de ma vie, j’ai encore appris.

C’que j’ai appris, ça tient en trois, quatre mots :

“Le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau,

j’peux pas mieux dire, il fait très beau !

C’est encore ce qui m’étonne dans la vie,

Moi qui suis à l’automne de ma vie

pn oublie tant de soirs de tristesse

Mais jamais un matin de tendresse !

Toute ma jeunesse, j’ai voulu dire JE SAIS

Seulement, plus je cherchais, et puis moins j’ savais

Il y a 60 coups qui ont sonné à l’horloge

Je suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j’m’interroge ?

Maintenant JE SAIS, JE SAIS QU’ON NE SAIT JAMAIS !

La vie, l’amour, l’argent, les amis et les roses

On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses

C’est tout c’que j’sais ! Mais ça, j’le SAIS… !

Chanteur : Jean Gabin

Paroles: Jean Dabadie et Philipe Green ( 1974 )

Publicat dins de Le temps des cerises en toute saison | Deixa un comentari